Du port du masque vers des lois grossophobes…

Oui au masque, non au pas de trop | Critique Article Journal de Montréal

On m’a envoyé des extraits d’un article récent du Journal de Montréal. Ça m’a donné des frissons dans le dos! Il s’agissait d’une critique du port du masque dans le cadre de la pandémie qui fait rage au Québec. L’auteur de l’article en question est en faveur du port du masque. Toutefois, dans son raisonnement, il a soulevé certains arguments qui m’ont fâchée. Je sais que plusieurs Québécois pensent ainsi. Ça me dérange beaucoup.

Je devais évidemment vous partager mon avis sur la question.

Comme tu le sais sûrement, le port du masque dans les lieux publics fermés est maintenant obligatoire. Que tu sois ou non en faveur de cette loi, je crois que ce qui suit pourrait t’intéresser.

Je te laisse premièrement prendre un moment pour lire ces citations et réfléchir aux implications de ces affirmations.

Citations grossophobes

« Pourquoi soigner l’obésité quand on peut bannir les barres de chocolat ? »

« Pourquoi ne pas imposer la pesée obligatoire hebdomadaire sur une “balance” reliée par un petit logiciel à la Santé publique ? Avez-vous pensé une seconde aux milliards sauvés si tous les Québécois respectaient leur poids santé? »

« Et puis, si c’était bon pour la cigarette et le tabac, pourquoi ce ne le serait pas pour votre graisse ? »

Ta santé est plus qu’un poids sur la balance

Comment quelqu’un peut-il penser que ce genre de raisonnement est logique? Que le fait d’accepter de mettre des masques pour le bien commun est un premier pas vers ce genre de mesures inappropriées basées sur le poids et les habitudes alimentaires uniquement.

J’aimerais te rassurer:

NON, bannir les barres de chocolat n’est pas une bonne idée du tout. Ça ne fera que hausser leur attrait à nos yeux. Éventuellement, ça nous poussera à les considérer comme étant des aliments spéciaux. On leur attribuera une valeur morale négative. Ceux qui en mangeront auront l’impression d’être de mauvaises personnes, alors que ce n’est pas le cas du tout. Le chocolat peut sans aucun problème faire partie d’une alimentation équilibrée.

NON, le poids n’est pas toujours directement associé avec l’état de santé d’une personne. Le fait de peser les gens de manière obligatoire pourrait au contraire avoir des impacts négatifs sur ces derniers. Tout cela pourrait les pousser à suivre des diètes s’avérant nuisibles pour leur santé, voire dangereuses. Ça risque également fortement d’affecter leur santé mentale et de les fragiliser au développement d’une forme de trouble alimentaire.

Ces théories discriminatoires et grossophobes ne sauveraient pas la vie des gens… PAS DU TOUT!

On ne devrait JAMAIS, au grand jamais forcer les gens à perdre du poids.

Des arguments fallacieux

Et toi, que penses-tu de ce genre d’argumentaire basé sur des principes susceptibles d’emprunter la “pente glissante”? Crois-tu qu’en acceptant de veiller à la sécurité de tous, ça signifie que le gouvernement peut nous imposer n’importe quoi? De mon côté, je suis complètement en désaccord, vous l’aurez bien deviné.

Es-tu familier avec le sophisme de la “pente glissante”. Si ce n’est pas le cas, je t’invite à lire ce mémoire de maîtrise sur la question. À travers le document, Kevin Voyer nous partage deux exemples populaires en bioéthique au sujet de l’avortement et de l’euthanasie.

Voici un extrait qui pourra t’aider à mieux comprendre: “La structure logique de la pente glissante est plutôt simple: si on permet A, alors B sera la conséquence nécessaire ou très possible; B est moralement inacceptable; par conséquent, on ne devrait pas permettre A”.

Un masque pour réduire la contagion

Dans son article, l’auteur présente un exemple complètement farfelu. Il compare à tort le port du masque à l’imposition de limites sur l’achat de fromage ou de beurre dans les épiceries dans l’objectif “d’améliorer notre cholestérol sanguin”.

Les deux mesures n’ont premièrement aucun lien ensemble. Il est démontré que le port du masque réduit la portée des gouttelettes de salive/mucus contenant le virus. Qu’il participe à la réduction de la zone de contamination. Que ça pourrait réduire considérablement le nombre de gens malades et de décès. Porter le masque pourrait nous aider à sauver la vie de plusieurs personnes tandis qu’il est démontré que la consommation d’aliments hauts en cholestérol alimentaire n’est pas réellement liée à l’état de santé.

Ce texte omet également de mentionner que le nombre de personnes infectées peut augmenter exponentionnellement en raison du caractère contagieux de la maladie. Une personne peut, à elle seule, contaminer des centaines d’autres individus. Celles-ci pourront, à leur tour, affecter un nombre incalculable d’êtres humains ayant des conditions de santé variables. Si on ne met pas en place des mesures de sécurité dès maintenant, on pourrait rapidement perdre le contrôle. À ce moment, le nombre de morts pourrait devenir très élevé. On voit donc comment le masque peut nous aider concrètement.


Mon verdict au sujet du masque

Je suis EN FAVEUR du port du masque et je crois qu’on devrait faire tout ce qui est en notre possible pour réduire le nombre de gens qui seront atteints par la COVID-19. J’ajouterais à cela la citation suivante: “Cependant, les masques à eux seuls ne peuvent ralentir considérablement la pandémie de COVID-19. Ils doivent être associés à une distance sociale adéquate et à une hygiène des mains diligente.” Il est aussi primordial de porter son masque adéquatement et de suivre les autres mesures de sécurité proposées.

Je tiens toutefois à mentionner que je ne suis pas une experte dans le domaine. En cas de doute, je te conseille de te fier sur l’avis de professionnels de la santé spécialisés en microbiologie et en infectiologie.

Si le sujet de la grossophobie t’intéresse, je te suggère de consulter ces articles:

Pour réellement apprendre à écouter ton corps, voici l’essai gratuit de ma formation “La Faim: Comment mieux comprendre son corps”.

Références

Scroll to Top