Mon avis sur la diète carnivore

C’est pourtant ce que la diète carnivore propose à ses adeptes. Selon eux, le fait de manger exclusivement de la viande (dans certains cas des oeufs et des produits laitiers) peut améliorer la santé sur de multiples volets: clarté mentale, perte de poids, réduction des symptômes d’arthrite, meilleur contrôle de la glycémie, etc.

Ça semble vraiment être une solution miraculeuse… mais est-ce que ça fonctionne vraiment? Par qui cette diète a t’elle été créé? Quels sont les risques de cette alimentation? C’est le temps de plonger dans les explications de ce régime qui ne fait clairement pas l’unanimité!

Les créateurs

Parmi les principaux adeptes de l’alimentation carnivore se trouve le populaire Jordan Peterson, un psychologue de l’Université de Toronto avec plus de 2 millions d’abonnés sur sa chaîne YouTube. Sa fille Mikhaila s’est aussi jointe à la partie et fait la promotion de la diète à travers plusieurs vidéos et entrevues qui peuvent être retrouvées sur le web.

Le Dr Shawn Baker suit également la diète depuis plus de 2 ans et partage ses impressions avec les intéressés résidant un peu partout dans le monde.

Les lignes directrices

J’aime comparer le régime carnivore à une version extrémiste de la diète paléolithique et cétogène, avec une petite touche de l’alimentation sans FODMAP (fructose, oligosaccharides, disaccharides…). C’est certainement l’une des alimentations les plus simples que j’ai analysé dans ma carrière puisqu’elle est basée sur une seule recommandation, c’est-à-dire de manger uniquement de la chair animale. Certains vont même jusqu’à dire que le régime comprend « que les aliments qui marchaient, nageaient ou volaient » avant d’être abattus. Personnellement, ça me brise déjà un peu le coeur.

Ceux qui décident d’entreprendre cette diète vont manger principalement de la viande rouge (boeuf, porc, agneau, etc.). Certains vont prioriser les viandes de gibiers ou issue de la chasse. Alors que d’autres iront jusqu’à tolérer l’ajout de viandes blanches et d’oeufs, voir de poisson. Dans tous les cas, prévoyer une bonne réserve de bouillon en boîte.

Tout dépendants de leur approche, quelques individus vont aussi ajouter les produits laitiers (ex: lait, yogourt et fromage) ainsi que le café. Autrement, il s’agit de tolérance zéro pour tous les autres groupes alimentaires. On oublie donc les fruits, les légumes, les noix, les graines et tellement d’autres options nutritives. Toutes remplies de vitamines et d’autres molécules ayant des bienfaits pour notre organisme.

Vous avez donc peut-être déjà compris qu’il s’agit d’une mono diète. C’est à dire que l’alimentation ne comprent qu’un seul type d’aliment et qu’elle exclue TOUT le reste. L’aspect monotone des repas entraîne inévitablement une consommation réduite de calorie en raison du disintérêt envers la nourriture.

Les objectifs

Les amateurs de cette diète affirment qu’elle pourrait aider à la gestion des maladies auto-immunes et inflammatoires telles que la sclérose en plaques, la maladie de Crohn, le diabète de type 1, ou la polyarthrite.

Plusieurs autres témoignages peuvent être retrouvés sur le web selon lesquels elle pourrait aussi favoriser le maintien d’un poids santé, améliorer l’humeur (réduire la dépression) et réduire l’apparition de boutons et d’autres imperfections sur la peau.

Le fonctionnement théorique

Si on se base sur les affirmations des créateurs de l’alimentation carnivore, cette diète d’exclusion extrême ne comprend aucune molécule «toxiques» pouvant causer des stress à l’organisme humain. Puisqu’elle ne comprend que la viande, un aliment normalement bien digéré par l’ensemble des individus, on pourrait noter une réduction de plusieurs symptômes de malabsorption.

Oui, une assiette carnivore remplie de viande ne contiendra pas de FODMAP, de lectines, de sulfate, d’oxalate, de salicylate, de phytate, de glucides ou de fibres. Est-ce que ça veut dire que c’est automatiquement meilleur pour nous? Pas du tout! Plusieurs de ces composés ont un rôle important à jouer dans notre organisme et devraient être consommés quotidiennement. Comme je le dis toujours, il faut adapter notre alimentation aux signaux que nous envoie notre corps. Si vous vous sentez mal dans votre peau pour une raison ou une autre, veillez à consulter un professionnel de la santé avant même d’envisager suivre ce genre de pratique.

Les risques de la diète carnivore

La liste de risques découlant de la diète est longue et plutôt effrayante. Voici quelques-unes des conséquences possibles de la consommation exclusive de viande:

  • Troubles cardiovasculaires et de certains cancers.
  • Très grand risque de carence (scorbut si vit. C ou E)
  • Troubles alimentaires (ex: obsession, anorexie ou orthorexie)
  • Troubles digestifs comprenant la constipation (très peu de fibres = diverticulites)
  • Exacerbation des symptômes en présence de molécules mal tolérées (si on mange des aliments interdits une fois, ce sera le retour des problèmes de façon possiblement amplifiée).

Peu importe votre situation, la meilleure solution restera de consulter une nutritionniste ou votre médecin si vous souffrez de troubles de santé. Ce genre de diète restrictive ne peut pas être maintenu à long terme sans entrainer des effets néfastes, autant du point de vue physique que psychologiques.

Pour plus d’analyses de diètes:

5 Mythes Populaires Pro-Keto – Diète Cétogène
Weight Watchers: Mode de vie sain ou diète?
Herbalife: Analyse de nutritionniste


RÉFÉRENCES

  1. Red and processed meat consumption and mortality: dose-response meta-analysis of prospective cohort studies
  2. Effect of Red, Processed, and White Meat Consumption on the Risk of Gastric Cancer: An Overall and Dose⁻Response Meta-Analysis
  3. Meat consumption and cancer risk: a critical review of published meta-analyse
  4. Red and processed meat consumption and gastric cancer risk: a systematic review and meta-analysis
  5. The Carnivore Diet: A Beefy Leap of Faith
Scroll to Top